Publications


Capture d’écran 2014-10-05 à 10.30.07

LES SCIENCES SOCIALES SONT-ELLES NATIONALISTES ?

Numéro consultable en ligne sur Cairn

Speranta Dumitru: Qu’est ce que le nationalisme méthodologique?

Cet article montre qu’il existe au moins trois versions différentes de nationalisme méthodologique que nous appellerons stato-centriste (la prééminence injustifiée accordée à l’État-nation dans les sciences sociales), territorialiste (penser l’espace comme découpé en territoires) et groupiste (comprendre la société comme la société de l’État-nation). Si ces trois versions sont logiquement distinctes, comme nous le montrerons, cette typologie représente un outil pour mieux évaluer le poids du nationalisme méthodologique dans les sciences sociales

John Agnew: Le piège territorial, traduit de l’anglais par Stéphane Dufoix

Quand bien même le pouvoir politique serait territorial, la territorialité n’implique pas nécessairement les pratiques d’exclusion mutuelle totale que lui attribuent les conceptions dominantes de l’État moderne. Cependant, dans les théories des relations internationales, lorsqu’il est question de la territorialité d’un État, la discussion est presque toujours menée dans les termes de la persistance ou de l’obsolescence d’un État territorial compris comme une entité inchangée et non dépendante des circonstances historico-géographiques variées. Cette approche est remise en question par les évènements contemporains

Solange Chavel: De la migration à la mobilité: comment aller au-delà du nationalisme méthodologique?

L’objectif de la présente contribution est de croiser l’apport de deux types de travaux : (1) les travaux sur les migrations qui reposent sur la critique épistémologique du nationalisme méthodologique d’une part, (2) les travaux appartenant au paradigme du mobility turn d’autre part. L’enjeu est de montrer que, selon qu’on adopte le vocabulaire des « migrations » ou celui de la « mobilité », la formulation des problèmes normatifs varie de façon importante

Antoine Pécoud: États-nations, mobilité et citoyenneté dans le discours international sur les migrations

Les migrations ont fait l’objet, depuis une quinzaine d’années, d’un processus d’internationalisation, qui voit les États débattre de façon accrue des enjeux soulevés par la mobilité transnationale des personnes. Cet article analyse la manière dont différentes instances internationales (organisations internationales, forums mondiaux, commissions internationales) tentent de penser les migrations comme un processus transnational qui appellerait des politiques concertées ou des formes de « gouvernance mondiale »

Isabelle Delpa: Cosmopolitisme ou internationalisme méthodologique

Critiquer le nationalisme méthodologique c’est d’abord s’attaquer à un mythe de l’intériorité politique qui laisserait croire que c’est en soi et par soi que l’Etat se constitue indépendamment de l’étranger et des étrangers. Mettre en évidence les phénomènes transnationaux de mondialisation, à l’instar du cosmopolitisme méthodologique, contribue à contrer de telles illusions solipsistes. Toutefois, la critique du nationalisme méthodologique est insuffisante lorsqu’elle reconduit un tel mythe par une ignorance ou une négligence des normes de droit international

Ulrich Beck: Nationalisme méthodologique – cosmopolitisme méthodologique : un changement de paradigme dans les sciences sociales, traduit de l’anglais par Benjamin Boudou

Cet article montre que le nationalisme méthodologique est remis en question par les processus de « cosmopolitisation de la réalité » produits par la prise de conscience globale des crises et des risques qui ne sont ni confinés, ni intelligibles au niveau national. L’article clarifie la notion de cosmopolitisme méthodologique qui doit être distinguée à la fois du cosmopolitisme normatif et d’autres manières de répondre à la différence. Les processus de comsopolitisation sont décrits au travers de sept thèses qui éclaircissent les conditions de possibilité d’une société imaginée cosmopolite

Fred Dervin: Au-delà du nationalisme méthodologique : l’interculturel sans essentialisme

Cet article programmatique vise à proposer une nouvelle définition de l’interculturel capable de résister aux sirènes du nationalisme méthodologique. L’interculturel est une notion polysémique qui pose de plus en plus de problèmes pour décrire notre postmodernité. C’est notamment pour son association quasi systématique avec le nationalisme méthodologique (« culture nationale ») que la notion est critiquée. Dans cet article, nous proposons de questionner l’interculturel mais aussi d’examiner et de problématiser les nouvelles formes de « -ismes » qui sont apparus ces dernières années pour remplacer le nationalisme méthodologique. L’article propose quelques arguments pour sortir de l’impasse